Les techniques de reliure sont variées : piqûre à cheval, spirale, wire’o, couture Singer®, dos carré collé (cousu ou non), reliure japonaise… Aujourd’hui, je souhaite mettre en lumière une technique peu connue et donc trop peu utilisée qu’est le collage à la chinoise. L’imprimerie Frazier a retenu cette finition pour leur nouvelle brochure que nous venons de créer.

Voilà en synthèse quelques astuces à retenir pour faire sensation


Technique

Le principe est de coller les cahiers (4 pages) « dos à dos » au lieu de les encarter entre-eux. Un soufflet se créé au niveau du dos (tranche) pour faciliter l’ouverture de la brochure et faire apparaitre un joli dos carré une fois pliée.

Papier

Papiers couchés ou de création, peu importe. Nous retiendrons surtout un papier pas trop épais — 200 gr maxi — qui doublera forcément au moment du collage et rendra « carteuses » toutes les pages. N’hésitons pas à changer de papier d’une double-page à l’autre pour apporter une esthétique supplémentaire.

Pagination

Privilégions une brochure avec un minimum de pages pour apprécier pleinement cette technique. Tourner successivement les pages sera un réel plaisir pour le lecteur !

Pré-press

Techniquement, le fichier se prépare de la même manière, en page de vis à vis. La différence intervient au moment d’exporter notre PDF. Vu que les feuilles se collent entres-elles, il faudra des PDF « en planche » (double-page). Les fonds perdus et traits de coupe seront toujours nécessaires. Cela peut nous éviter les « fausses doubles » et les raccords de couleurs imprécis.

Maquette en blanc

Comme tous projets aux finitions complexes. Il est vivement recommander de demander une maquette en blanc à l’imprimeur, notamment pour mieux apprécier le dos de notre brochure.

Budget

Evidement le coût de cette technique est plus onéreux qu’une banale piqûre métal. Mais il conviendra objectivement de recommander cette reliure à des clients sensibles à la valorisation de leur support.

J'en veux plus !