Une visite à la collection Koplowitz

Francisco de Zurbarán, Vierge à l'Enfant avec saint Jean-Baptiste
Picasso, Demi-nu à la cruche, 1906

J’ai eu la chance d’assister en avant-première à la nouvelle exposition du musée Jacquemart-André : La collection Koplowitz. Collection très hétéroclite mélangeant la peinture classique espagnol du 17e siècle de Zurbarán avec l’art très contemporain international de Rothko. Il est utile de préciser ici que l’exposition ne présente qu’une partie sélectionnée de la collection.

La première salle donne le ton, elle est composée entre autres, d’une magnifique maternité de Zurbarán avec une petite nature morte au premier plan (sans doute une des plus belles œuvres de l’exposition), et de quelques scènes champêtres de Goya. La deuxième salle présente aussi quelques incontournables mais de la peinture Italienne cette fois : Deux pastels de Tiepolo et deux vues de Venise de Canaletto sont pour les plus notables.

Les trois salles suivantes affichent la période de l’art moderne : entre autres Van Gogh, Gauguin, Toulouse-Lautrec et trois Picasso (fait dans sa jeunesse lorsque ses dessins se tenaient encore). Viennent derrière un Modigliani, un Braque (à moins que ce ne soit un Juan gris…), un De Staël…

Les deux dernière salles sont réservées aux contemporains, on notera un magnifique Antonio Lopez Garcia (artiste méconnu en France alors qu’internationalement reconnu) et un Lucian Freud, ainsi que deux sculptures de Giacometti et Germaine Richier. Pour le reste (Rothko, Barçelo…) en toute honnêteté, je suis passé devant sans regarder.

Pour résumer une très belle expo avec une dizaine de chefs-d’œuvres au moins, cependant on évite pas l’art conceptuel qui est automatiquement dans toute exposition qui n’est pas dite « classique ». C’est à croire qu’il n’existe plus de collectionneur actuel qui se permet de faire l’impasse sur ce coté intellectuel de l’Art.

Exposition du 3 mars au 10 juillet 2017
Musée Jacquemart-André
158 boulevard Haussmann
75008 Paris

Consulter la collection