Découpe laser, les secrets du Jedi

Gaufrage, embossage, vernis sélectif, vernis UV, marquage à chaud, pelliculage… La liste des ennoblissements – ou finitions – pour sublimer un support papier est longue. Nous avons eu l’occasion de plonger dans les contraintes et les spécificités techniques de la découpe laser en recommandant cette finition à notre client Béchet pour leur carte de vœux 2017.

Rappelons que ce process alourdit l’addition chez l’imprimeur. Mais l’effet procuré est évident et donnera un argument de plus à tous les amoureux du papier que nous sommes !


Forts de cette expérience, voilà quelques enseignements qu’il faut connaitre.


Prévoir du délai !

C’est une fabrication complexe et longue. Mieux vaut l’anticiper sur le planning pour honorer la livraison. Surtout en période de fin d’année. 

Faire un numéro zéro

Toujours demander un test avant de lancer le tirage pour éviter des problèmes irrécupérables. Cela permettra également de retravailler des détails pour atteindre la perfection. 

Choisir le bon support

La découpe laser chauffe et brûle légèrement le papier. Privilégions un papier teinté dans la masse plutôt qu’un papier blanc qui laissera apparaître des ombres brunes autour de la découpe. 

Oser les détails !

L’effet d’une belle découpe laser tient dans la finesse des détails. Plus il y aura de minutie dans le motif, plus le rendu sera beau et étonnant. Attention quand même de ne pas aller trop loin. En général, il faut laisser 0,7 mm (2 pts) de papier entre 2 découpes. 

Combiner les effets

Même si la découpe laser est coûteuse – surtout associé à un papier de création – n’hésitons pas à l’associer à une seconde finition. Sans tomber dans le déballage d’effets, elle pourra accompagner subtilement la découpe laser pour que votre support devienne exceptionnel !

J'en veux plus !