Une survivance du salon officiel

J’ai eu la chance d’aller au vernissage du salon Art Capital ce mardi 13 février, cela m’a permis de me faire une idée de la création française actuelle.

Après une file d’attente interminable (qui a dit que les salons d’art étaient délaissés ?!) dans le froid, je me pensais sauvé en arrivant enfin sous la verrière du Grand Palais ; erreur ! Il y fait aussi froid à l’intérieur qu’à l’extérieur… C’est donc les pieds glacés que j’ai porté mon regard sur l’ensemble des salons regroupés derrière Art Capital, à savoir le salon Comparaisons, le Salon des Artistes Français, le Salon de la peinture et du dessin à l’eau et le Salon des artistes Indépendants.

Salon des Artistes Français

Ce salon m’a semblé de loin le plus intéressant, une belle représentation de la peinture figurative, je dirais environ 90% de l’ensemble du salon. Par dessus le marché on y trouve une certaine exigence technique, évidemment nous sommes loin des peintres classiques mais nous partons de si bas, il y a encore 20 ans l’art figuratif ne tenait pas 5% de la production. Les écoles n’apprennent plus aux élèves les techniques de peinture, sculpture… c’est un savoir que nous avons perdu et qu’il nous faut retrouver ! 

Salon Comparaisons

Le principe du salon Comparaisons est très intéressant, il regroupe les artistes en les définissant selon leurs mouvements ; figuration libre, abstraction lyrique, figuration éthérée… ce qui permet de nous diriger facilement en premier lieu, mais aussi cela évite de passer du coq à l’âne. Car effectivement nous saturons très vite dans ce genre de lieu de par la multitude des œuvres présentées ainsi que leur diversité. Je n’ai donc fait que ce qui m’intéressait : la peinture figurative ! Mais pas n’importe quel type de figuration, une figuration simple (ce qui correspond à une dizaine de tableaux dans l’ensemble des 4 salons) c’est à dire sans cette touche surréaliste très à la mode et dépourvue de sens.

Salon peinture et dessin à l’eau 

Un salon intéressant, je suis assez sensible aux techniques à l’eau que sont l’aquarelle et le pastel. J’y ai trouvé un bon tableau de Françoise Bousquet au pastel. Malheureusement le salon est un peu court et nous terminons sur notre faim. Je trouve le fait de sortir la peinture à l’eau du reste de la création très étrange, où placerait-on un Turner qui mélangeait l’aquarelle et l’huile dans ses tableaux (encore une technique de perdu…) ?

Salon des artistes Indépendants

Ce salon jouit d’une très mauvaise réputation. Et effectivement il est totalement sans intérêt, les artistes sont sélectionnés sans exigence, mal exposés et de façon complètement chaotique. Il n’y a rien de plus à dire à ce sujet.

Je suis sorti de cette visite assez charmé par toute cette production picturale en pleine phase de recherche, de reconstruction, de requestionnement sur sa place dans le monde artistique dirigé par le conceptuel et la spéculation, main dans la main, comme s’il pût être impossible que l’un n’impliquât pas l’autre.