Derrière la découpe, la forme

Dans un monde ou les règles sont lois, on ne trouve que des coupes de papier à angle droit. La raison est toute simple : c’est beaucoup plus pratique de fabriquer, transporter et travailler un papier coupé au massicot.
Les possibilités de forme de découpe sont pourtant presque infinies, mais nécessitent pour cela l’intervention de formistes. Quoi ? vous n’en connaissez pas ? Tongui vous donne un cours de rattrapage.

Le fond et la forme

On peut être amener à travailler avec des formistes :

  • Créer un support original. De la petite coquetterie au parti pris graphique (coupe en biseau…).
  • Créer un format complexe, tel que les packaging ou les chemises à rabat.
  • Créer un volume sur votre support papier, tel qu’un pop’up.

Rencontre avec Forme CB

Chez Tongui, depuis quelques semaines, les cartes de vœux commencent à encombrer le planning. Normal, c’est de saison. Ce support est souvent l’occasion d’expérimenter des ennoblissements de fabrication peu exploités. L’an passé, nous avions valorisé la carte de vœux du Groupe Béchet avec une découpe laser. À retrouver ici.

Cette année, nous avons voulu créer une carte en popup. Il s’agit d’un élément papier découpé et plié de tel sorte qu’il créé un volume grâce à une action mécanique au moment de l’ouverture.
 Son aspect ludique lui vaut d’être souvent repris dans les livres pour enfants. En vue de saisir l’ensemble des contraintes techniques qu’amènerait la création d’un popup, nous avons été chez Formes CB, formiste au cœur de Paris dans le quartier de République.

La patte de l’expert

L’idée était alors de chercher auprès d’eux les contraintes et astuces techniques avant de nous attaquer à un tel projet. Certains papiers sont fragiles et ne se prêtent pas à cet exercice. Il est important d’utiliser un médium adapté. Idem pour le motif découpé. Même si la minutie est autorisée, attention aux détails inutiles qui risquent de fragiliser le papier et/ou le pliage et ainsi nous amener vers un rendu final approximatif. Bref, la rencontre était riche d’enseignements.

Nous en avons profité pour visiter les ateliers avec la découpe au laser (pyrogravure) des saignés dans les châssis en bois, le pliage des lames coupantes ou rainantes et leur imbrication sur le châssis.
Passionnant !

La fabrication

Une fois livrés chez l’imprimeur, les châssis sont alors placés sur des machines de type SBG ou Varimatrix. L’opérateur place à la marge de la machine le tirage imprimé prêt à être façonné. Ensuite, après le passage de quelques feuilles « de passe » pour ajuster le repérage, les feuilles sont découpées selon la forme de découpe. Reste à finir le support avec 2 ou 3 coups de massicot pour obtenir le format fini. Un jeu d’enfant dirons-nous.

Evidement, les châssis peuvent être ré-utilisés et sont conservés par les imprimeurs. Surtout pour les documents classiques et courants telles que les chemises à rabats.

En synthèse

Rappelons qu’une forme de découpe n’est pas très excessive quand on connait ses biens-faits (créativité, originalité, personnalisation…). Le prix ne varie pas selon la complexité, qu’il y ai juste une courbe ou une multitude de découpes avec plusieurs motifs. Au niveau des délais, prévoir 24/48h pour la confection du châssis à réception du tracé Illustrator. Enfin, n’oublions pas de prévoir quelques feuilles « de passe » en plus pour caler la machine.

 

Atelier Formes CB
21, rue de la Pierre Levée, 75011 Paris
formes-cb.com